Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs 2017

Eglises et chapelles au siècle d’Aliénor d’Aquitaine

17 juillet et 11 août 

A cheval, par monts et par vaux, de Bordeaux à Poitiers, de Paris à Antioche, Aliénor d’Aquitaine a régné sur l’Empire Plantagenêt pendant presque tout le XIIe s. Quand on sait qu’elle fut Comtesse de la Marche de 1177 à 1199, on se prend à rêver… Est-elle venue prier dans les églises de Nouic, de Mortemart ou de Bellac ? A-t-elle comblé de ses largesses les prieurés de Châtain à Saint-Barbant et de Lagudet à Saint-Junien-les-Combes ?

L’équipe de la Pastorale du Tourisme de la Paroisse s’est posé cette question avec la centaine de personnes ayant participé aux deux journées proposées cet été, les 17 juillet et 11 août.

Pour la 2° édition, à Châtain, la pluie n’a pas arrêté les 55 personnes désireuses de voir l’oratoire de saint Liobot, vestige du prieuré. A Nouic, un diaporama a évoqué les travaux engagés au siècle d’Aliénor pour édifier une voûte. Tout près de la motte de Mortemart, les visiteurs ont découvert quelques pierres de l’église romane disparue dédiée à Saint-Hilaire. A Lagudet, la statuette du XVIIe s. de Thomas Becket renvoyait à l’époux d’Aliénor, Henri II, coupable d’avoir appelé au meurtre de l’évêque de Cantorbéry. Un diaporama a restitué l’église romane Notre-Dame de Bellac avec ses curieux chapiteaux bifides sculptés de lions magnifiques. L’objet le plus merveilleux de la journée, la châsse de Bellac (début du XIIe s.), avec ses médaillons émaillés, a conclu la journée. L’Arbre de Vie, recherché par deux aigles et deux lions, appelle en effet à sentir que la quête de la Beauté et de la Sagesse, toutes divines, est le propre de l’homme, quelle que soit sa philosophie.

Nicole Raynaud