Kermesse d'Hiver 2018

 

 ___________________________________________________

 

Forte participation et ambiance conviviale

à l'occasion du repas et du loto

 

 

 

"Les Gardiennes"

Le nouveau film de Xavier Beauvois, "Les Gardiennes", est sorti en décembre.   

Notre paroisse était bien représentée pour la projection en avant-première au cinéma les Grands Ecrans à Esther Technopole du film "Les Gardiennes", tourné dans différents clochers (Mortemart, Blond et surtout Montrol-Sénard) sur la place des femmes pendant la Première Guerre Mondiale. Place vitale en ces temps où les jeunes hommes (parfois le mari et les enfants) sont partis au front combattre l’ennemi. Pendant quatre ans, et non sans peine, les femmes ont pris la relève, ne ménageant ni leurs forces, ni leur fatigue, qu’elles soient physiques avec les durs travaux de la ferme et morales en pensant à leurs époux et leurs enfants.

Au-delà de l'histoire, ce sont des visages connus qui figurent au générique des Gardiennes, des visages de paroissiens, des visages de nos villages. Citons parmi eux Adèle LAVAUZELLE, Jeanne et Jean-Paul AIRAUD, Lucienne et Louis BARRIER, Lisa LECOMTE, Brigitte AIGUEPERSE, Blanche IZEMBERT, Adrien DENIZOU…

Tous ces visages sont gravés maintenant dans le film. Joie et fierté pour notre paroisse. Le Père Michel LAMY, curé de la paroisse Bon Pasteur, joue quant à lui son propre rôle, celui du Prêtre resté sur le territoire pour administrer les sacrements, veiller sur les familles et visiter les malades.

Voir ce film est une belle occasion de contempler les paysages du Limousin et surtout ces visages d’hommes et de femmes, des visages d’humanité.

 

Soirée de l'avant-première avec Xavier Beauvois (à droite)

 

Des visages de paroissiens figurants

 

Pendant le tournage avec Iris Bry (à gauche)

Rentrée Paroissiale le 1er octobre 2017

Beau visage d'église en ce jour de rentrée paroissiale 2017!

 

Visages de toutes générations, visages souriants, visages unis et priants autour du Père Barrière pour le lancement de la nouvelle année pastorale sur le thème :

"Montre-nous ton visage" 

 

 

Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs 2017

Eglises et chapelles au siècle d’Aliénor d’Aquitaine

17 juillet et 11 août 

A cheval, par monts et par vaux, de Bordeaux à Poitiers, de Paris à Antioche, Aliénor d’Aquitaine a régné sur l’Empire Plantagenêt pendant presque tout le XIIe s. Quand on sait qu’elle fut Comtesse de la Marche de 1177 à 1199, on se prend à rêver… Est-elle venue prier dans les églises de Nouic, de Mortemart ou de Bellac ? A-t-elle comblé de ses largesses les prieurés de Châtain à Saint-Barbant et de Lagudet à Saint-Junien-les-Combes ?

L’équipe de la Pastorale du Tourisme de la Paroisse s’est posé cette question avec la centaine de personnes ayant participé aux deux journées proposées cet été, les 17 juillet et 11 août.

Pour la 2° édition, à Châtain, la pluie n’a pas arrêté les 55 personnes désireuses de voir l’oratoire de saint Liobot, vestige du prieuré. A Nouic, un diaporama a évoqué les travaux engagés au siècle d’Aliénor pour édifier une voûte. Tout près de la motte de Mortemart, les visiteurs ont découvert quelques pierres de l’église romane disparue dédiée à Saint-Hilaire. A Lagudet, la statuette du XVIIe s. de Thomas Becket renvoyait à l’époux d’Aliénor, Henri II, coupable d’avoir appelé au meurtre de l’évêque de Cantorbéry. Un diaporama a restitué l’église romane Notre-Dame de Bellac avec ses curieux chapiteaux bifides sculptés de lions magnifiques. L’objet le plus merveilleux de la journée, la châsse de Bellac (début du XIIe s.), avec ses médaillons émaillés, a conclu la journée. L’Arbre de Vie, recherché par deux aigles et deux lions, appelle en effet à sentir que la quête de la Beauté et de la Sagesse, toutes divines, est le propre de l’homme, quelle que soit sa philosophie.

Nicole Raynaud

 

 

 

Pèlerinage 2017 à Sainte-Anne

Sur le chemin de Sainte-Anne avec le Pape François dimanche 23 juillet

 

Trois bijoux chatoyants jalonnaient le chemin de Sainte-Anne à Mézières-sur-Issoire grâce à la magie des fleurs. Trois croix glorieuses, pour soutenir notre prière de contemplation et nous rappeler qu’au-delà du supplice subi par Jésus, la croix chrétienne annonce déjà la joie de la résurrection.

Pour cette belle fête paroissiale, les équipes qui se mettent à l’œuvre sont nombreuses et déterminées : il faut fleurir, transporter les objets de sacristie, entretenir la chapelle, proposer des rubans et des votives aux pèlerins, installer des tentes, des chaises et des bancs, des tables, une sono et un groupe électrogène, prévoir tout ce qu’il faut pour le repas champêtre… Merci à tous ceux qui se dévouent sans compter !

Une autre équipe s’est chargée de préparer la liturgie de la messe et la procession. Cette année, ces personnes avaient choisi de méditer avec le Pape qui proposait, au mois de juillet, de prier « pour nos frères qui se sont éloignés de la foi afin qu’ils redécouvrent, par notre prière et notre témoignage évangélique, la présence du Seigneur riche en miséricorde et la beauté de la vie chrétienne ».

Belle initiative, tout en gardant à l’esprit que « notre mission n'est pas de convertir ceux que nous côtoyons - cela est l'affaire de Dieu - mais de les aimer, comme Dieu, d'un amour inconditionnel. » Pour notre plus grande joie, des scouts parisiens étaient présents et se sont fait un plaisir de se relayer pour porter les Reliques de la Sainte Croix, la bannière et notre bonne sainte Anne.

 Nicole Raynaud