Le billet du mois

Un été à la recherche de pierres vivantes

Les vacances font rêver de voyages lointains ou de visites tout près de chez nous, à la découverte d’œuvres d’art. Le drame de Notre-Dame de Paris a fait redécouvrir en France, et partout dans le monde, la merveille de cette cathédrale gothique. Une prouesse architecturale et un plaisir des yeux ! Déjà les disciples de Jésus s’extasiaient du temple de Jérusalem et de son ornementation : « Maître, regarde : quelles pierres, quelles constructions ! » disent-ils à Jésus(Mc 13, 1). Il avait fallu 46 ans pour le construire (Jn 2, 20) ! La paroisse Notre-Dame-de-Lorette et les paroisses voisines, Saint-Pierre-et-Saint-Paul et Saint-Martin-en-Basse-Marche, vont justement vous proposer de voyager et d’aller admirer des églises fortifiées en Basse-Marche.

Mais visiter un monument, est-ce seulement admirer et connaître styles, techniques et datations ? Evidemment non !  Visiter une église, c’est aussi reconnaître que les pierres qui la constituent sont vivantes et que l’on peut y lire « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes » des temps anciens (Gaudium et Spes 1). Les meurtrières, les mâchicoulis, les fenêtres de guet des églises fortifiées nous révèlent l’inquiétude des communautés villageoises qui craignaient le pillage et le meurtre, au passage des troupes pendant la Guerre de Cent Ans ou les Guerres de Religions. Les statues de saint Roch, de saint Sébastien et les Vierges de Pitié sont aussi vivantes. Elles parlent à qui sait les écouter ! Elles font entendre les murmures des prières dont elles on été l’objet alors qu’une épidémie de peste faisait mourir en deux jours, père, mère ou enfant… Venez participer aux journées des mardis 31 juillet et 13 août sur le thème : « Nos églises, témoins de temps de malheurs ». Engagés dans la même humanité que nos ancêtres, nous pourrons alors offrir au Seigneur nos joies et nos espoirs, nos tristesses et nos angoisses, telles des pierres vivantes de la Maison de Dieu en construction (1 P 2, 5).

Nicole Raynaud,

Equipe Pastorale