Les méditations

Avent 2018

 

Méditation du 4ème dimanche de l'Avent - Année C (Luc 1, 39-45)

Dimanche 23 décembre 

Un Evangile pour voix de femmes 

Dans le sein d’Elisabeth, voilà qu’il bondit, le petit Jean-Baptiste ! Les oreilles de sa mère ont perçu une voix qui la salue : une voix au timbre jeune et à la tonalité joyeuse, vivifiée par un long voyage au travers de la Judée montagneuse. C’est la voix de Marie où s’entend l’émotion du cœur depuis sa conversation intime avec l’ange du Seigneur.

Elle fait danser de joie le petit Jean-Baptiste, la voix de Marie ! Elisabeth ressent le mouvement de son corps et, spontanément, prête sa propre voix à l’Esprit Saint. Sa voix forte emplit la maison et rend publique ce que Marie était la seule à savoir dans le secret de son cœur. Sa voix de prophétesse proclame que Marie est la mère du Seigneur et qu’elle et son bébé sont bénis de Dieu. Et elle fait de Marie la première bénéficiaire d’une longue suite de Béatitudes de l’Evangile de Luc : « Bienheureuse celle qui a cru… »

Ce jour-là, c’est une femme qui porte la voix de Dieu. Pourtant, un homme habite cette maison, un prêtre de surcroît, Zacharie. Mais Dieu a fait de lui un sans voix jusqu’à la circoncision de son fils Jean-Baptiste. Elisabeth est la première femme prophète de l’Evangile. D’autres suivront : Anne, la veuve qui ne s’écartait pas du temple, Marie de Magdala et ses compagnes, la samaritaine, Marie de Béthanie.

A l’approche de Noël, nous sommes tous appelés, hommes et femmes, à unir nos voix à celles de ces prophétesses bienheureuses pour proclamer que notre Dieu s’est non seulement incarné dans le sein de Marie mais que chacun est invité à lui faire place pour le faire naître dans l’intime de son cœur.

Nicole Raynaud, Equipe Pastorale

 

 

Méditation du 3ème dimanche de l'Avent - Année C (Luc 3, 10-18)

Dimanche 16 décembre 

Ils sont touchants ces hommes et ces femmes venus demander le baptême de repentance à cet étrange prophète revêtu de poils de chameau !  Ce sont des gens comme nous.  Des jeunes, des vieux. Certains ont des responsabilités, d’autres non. Il y a des collecteurs d’impôts, des soldats… Des foules dit-on. Tous le questionnent : « Que devons-nous faire ? » 

Cela ne leur a donc pas suffit qu’il les plonge dans les eaux du Jourdain ? Ils attendent autre chose ? Jean conseille : Partagez, pratiquez la justice, recherchez la paix…  Oui ! Mais encore ?

Le « plus grand parmi les enfants des hommes » le sait bien. Ce qu’ils attendent depuis des siècles, c’est Celui qui les baptisera dans l’Esprit et dans le Feu. Il est proche !  Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer l’aire de battage du blé ! il est fort, puissant ! Il remplira les greniers, remettra de l’ordre, anéantira les méchants, glorifiera les gentils. Gare ! Préparez-vous !

Mais Jean est un prophète de l’Ancien Testament. Il ne peut pas savoir que le Feu de Celui qui va venir - et qui vient- ne brûlera que la paille de nos fautes, de nos lâchetés, de nos médiocrités.  Pas nous ! Aux pécheurs qu’il aime envers et contre tout, Il offre sans cesse et toujours son pardon. Ils peuvent venir se blottir sous son manteau de miséricorde. Ils ne craignent rien.

Le seul feu qui les embrasera est celui qui a brûlé le cœur des pèlerins d’Emmaüs quand ils ont fait route avec Lui et qu’en chemin, il leur a partagé les Ecritures.

Françoise Durieux, Equipe Pastorale

 

 

Méditation du 2ème dimanche de l'Avent - Année C (Luc 3, 1-6)

Dimanche 9 décembre 

" Tous appelés à devenir prophètes "

Ce second dimanche de l’Avent nous met en présence de Jean-Baptiste, le précurseur de la venue de Jésus. Nous connaissons bien cet homme de foi, humble, et qui a choisi de se tenir à distance de la société de son temps. Luc évoque d’ailleurs le contexte de l’époque et cite les personnages influents alors que la Judée n’est plus qu’une province de l’empire romain et que les fils d’Israël sont humiliés par l’occupant.

« La parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie ». C’est alors que Dieu adresse sa parole à Jean-Baptiste, faisant de lui le prophète d’un avenir plein d’espérance. Ce ne serait donc pas dans les lieux prestigieux du pouvoir que l’avenir se prépare mais à l’écart, parmi ceux qui consentent à recevoir un « baptême de conversion » et choisissent de vivre autrement.

Nous sommes, nous aussi, appelés à devenir des prophètes.

Jean-Baptiste nous éclaire sur la mission de prophète qui nous est conférée par notre baptême. Nous sommes appelés à être des signes vivants de la présence de Dieu en ce monde, dans un aujourd’hui parfois difficile et obscur. Nous sommes appelés à préparer « le chemin du Seigneur » en comblant les ravins, en abaissant les montagnes et les collines, en aplanissant les sentiers…Mettons-nous en route aux côtés des hommes dans leurs fragilités, leurs blessures et leurs attentes, ainsi contribuerons-nous à leur révéler l’espérance du « salut de Dieu ».

Accueillir le Messie à Noël, c’est accepter de partir avec lui. Que ce temps de l’Avent permette à chacun et chacune d’entre nous de découvrir comment notre vie peut témoigner de l’Evangile.

M-Catherine Barret, Equipe Pastorale

 

 

Méditation du 1er dimanche de l'Avent - Année C (Jérémie 33, 14-16 ; Psaume 24)

Dimanche 2 décembre

" Aller vers Ton Alliance, Seigneur "

Le peuple de Dieu avait reçu la promesse que de la descendance du roi David viendrait le Messie annoncé, comme l’écrit le prophète Jérémie. Ce Messie était attendu comme un glorieux chef venant délivrer le peuple de Dieu en le libérant de ceux qui l’oppressaient. Mais tel n’était pas le plan de Dieu qui a voulu que Son Fils prît la nature humaine en naissant de la façon la plus humble, qu’il vécût homme parmi et comme tous les humains.

Comme nos prédécesseurs des temps bibliques, nous sommes dans une attente et le calendrier liturgique nous rappelle le temps de la promesse et celui de l‘avènement. Dans ce temps de l’Avent, il nous est proposé de nous préparer à la commémoration de cette naissance dans l’humilité du Messie sauveur venu nous libérer, non pas d’une occupation comme celles de Babylone ou de Rome, mais de tout ce qui nous empêche d’aller librement à Lui et de connaître alors le salut.

Aide nous Seigneur à préparer ta venue et pour cela, comme le chante le psaume, aide nous à être attentifs à ton enseignement pour nous libérer de tout ce qui nous empêche d’accueillir ton alliance et ton salut.

Gilles Vincey, Equipe Pastorale