La Pastorale du Tourisme

Vous vous intéressez à l’histoire ou l’archéologie…

Vous aimez visiter les églises pour y découvrir un patrimoine de tradition chrétienne…

Vous êtes curieux de la signification spirituelle des œuvres d’art religieux…

Vous aimez le contact humain, la recherche en équipe…

Vous aimez communiquer à d’autres vos découvertes…

Alors… venez rejoindre l’Equipe de la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs de la Paroisse Notre-Dame-de-Lorette.

L’Equipe programme cet été une journée de visite thématique d’églises ou de chapelles. 

Que le temps des vacances soit, pour tous, une façon de découvrir le patrimoine et d’aller aux sources du christianisme dans notre paroisse !

 

La Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs de la Paroisse Notre-Dame-de-Lorette en 2018

Journée de découverte du vendredi 10 août  

Cette année, le thème de la journée de la Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs (PRTL) de la Paroisse Notre-Dame-de-Lorette a pour titre :

« Visages de femmes du Trésor de nos églises ».

« Trésor de nos églises », parce qu’il est vrai que nos 17 églises et nos chapelles renferment un mobilier qui est un véritable Trésor. Trésor d’art que les Communes propriétaires entretiennent avec conscience et dévouement, mais aussi Trésor de foi pour les fidèles qui fréquentent les églises et ont conscience de s’insérer dans un long cortège de croyants.

« Visage », pour reprendre le thème de l’année paroissiale « Montre-nous ton Visage ! » et nous conduire à reconnaître le Visage du Christ à travers nos visages respectifs et à considérer tout être humain, quel qu’il soit, comme un frère ou une sœur. Ce Trésor de nos églises comprend des statues, des vitraux, des tableaux qui représentent des hommes et des femmes qui, en se distinguant par leur sainteté, montrent une facette originale et unique du Visage du Christ.

« Visages de femmes » enfin, en raison de la décision du pape François d’entreprendre une réflexion sur la dignité de la femme et l’importance des femmes dans la mission de l’Eglise.

Parmi ces femmes saintes, la plus prestigieuse ne sera pas étudiée cette année, la Vierge Marie. En effet nous lui avons consacré, en 2015, une journée toute spéciale à l’occasion du Jubilé de la Chapelle Notre-Dame-de-Lorette.

Nous mettrons en évidence l’originalité de chaque œuvre et nous parlerons de son histoire. Connaît-on l’artiste qui a confectionné cette œuvre ? Quand a-t-elle été produite et dans quel contexte historique ? Qui est le donateur ? L’objet a-t-il été restauré ? Est-il protégé par les Monuments Historiques ? Nous parlerons également de la vie de la sainte d’après les sources historiques ou les légendes. Et nous évoquerons l’histoire des dévotions à ces saintes femmes. 

  

 

 

La PRTL en 2017

Dates et programme 

 

  

Eglises et chapelles au siècle d’Aliénor d’Aquitaine - 17 juillet et 11 août

A cheval, par monts et par vaux, de Bordeaux à Poitiers, de Paris à Antioche, Aliénor d’Aquitaine a régné sur l’Empire Plantagenêt pendant presque tout le XIIe s. Quand on sait qu’elle fut Comtesse de la Marche de 1177 à 1199, on se prend à rêver… Est-elle venue prier dans les églises de Nouic, de Mortemart ou de Bellac ? A-t-elle comblé de ses largesses les prieurés de Châtain à Saint-Barbant et de Lagudet à Saint-Junien-les-Combes ?

L’équipe de la Pastorale du Tourisme de la Paroisse s’est posé cette question avec la centaine de personnes ayant participé aux deux journées proposées cet été, les 17 juillet et 11 août.

Pour la 2° édition, à Châtain, la pluie n’a pas arrêté les 55 personnes désireuses de voir l’oratoire de saint Liobot, vestige du prieuré. A Nouic, un diaporama a évoqué les travaux engagés au siècle d’Aliénor pour édifier une voûte. Tout près de la motte de Mortemart, les visiteurs ont découvert quelques pierres de l’église romane disparue dédiée à Saint-Hilaire. A Lagudet, la statuette du XVIIe s. de Thomas Becket renvoyait à l’époux d’Aliénor, Henri II, coupable d’avoir appelé au meurtre de l’évêque de Cantorbéry. Un diaporama a restitué l’église romane Notre-Dame de Bellac avec ses curieux chapiteaux bifides sculptés de lions magnifiques. L’objet le plus merveilleux de la journée, la châsse de Bellac (début du XIIe s.), avec ses médaillons émaillés, a conclu la journée. L’Arbre de Vie, recherché par deux aigles et deux lions, appelle en effet à sentir que la quête de la Beauté et de la Sagesse, toutes divines, est le propre de l’homme, quelle que soit sa philosophie.

 

 

 

 

 

La PRTL en 2016

"Cinq églises rurales : rites et dévotions oubliés"

1. Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Bussière-Boffy
2. Eglise de Saint-Martial-sur-Isop
3. Eglise de Saint-Barbant
4. Chapelle du Pont-Saint-Martin
5. Eglise de Saint-Ouen-sur-Gartempe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dates et programme

 

Plus de 130 personnes ont participé à l’une des deux journées organisées par l’équipe de la Pastorale du Tourisme de la Paroisse. Ces journées se proposaient de faire découvrir, dans cinq églises ou chapelles, des vestiges de rites et de dévotions oubliés. Deux piscines eucharistiques étaient au programme. Celle de la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Bussière-Boffy présente deux bassins : un pour le lavabo, avant la consécration ; l’autre pour éliminer, à l’intérieur du mur sacré, l’eau du calice purifié après la communion. Celle de l’église de Saint-Martial n’a plus qu’un seul bassin car à la fin du XIIIème s., le Pape Innocent III ordonne aux prêtres de boire le contenu du calice purifié. A Saint-Barbant, point de piscine, et quelques rares épaves de l’église romane primitive, reconstruite au XIXème s. par étapes. Un diaporama permettait d’évoquer les circonstances historiques qui peuvent expliquer la contigüité des deux bourgs de Saint-Martial et Saint-Barbant. Mais le clou de la journée était le bel ex-voto en calcaire du siège de Rhodes par les turcs en 1480, découvert dans le sol de la chapelle du Pont-Saint-Martin. La représentation, dans une église, des deux turcs poignardés choque à juste titre l’honnête homme d’aujourd’hui. Mais la statue de saint François de l’église de Saint-Ouen nous ramenait au dialogue islamo-chrétien en rappelant la visite amicale de François au Sultan en pleine croisade. Une journée culturelle, certes, mais la conclusion se faisait spirituelle, en rappelant que plus encore que le bâtiment-église, tout être humain, quel qu’il soit, est demeure sacrée du Dieu vivant.

 

 

Pour mémoire, rappel des précédents circuits de visite :

 

Eté 2013 : "Sur les pas de saint Martin"

 

Eté 2014 : "Au temps des papes en Avignon"

 

Eté 2015 : " Vierges de nos églises, trésor d'Art et de Foi"

 

 

 

 

Contact : Nicole Raynaud

tél: 05.55.60.08.26 ; courriel : raynaudnicole161@gmail